Le crowdfunding, ou financement participatif, est un outil de collecte de fonds qui permet à tout individu de financer directement et de manière traçable le projet de son choix. Le financement se fait par le biais d’une plateforme collaborative en ligne, le porteur de projet lance une campagne lui permettant alors de collecter des fonds. 

Aujourd’hui, les plateformes les plus connues sont KissKissBankBank, Leetchi, Gofundme ou encore Ulule. En 2017, c’est plus de 330 millions d’euros qui ont été récoltés. On retrouve ainsi de nombreux projets à succès tels que le jeu vidéo Star Citizen qui a récolté pas moins de 74 millions de dollars ou encore l’Hôtel étoilé allemand Weissenhaus qui en a fait lever 7 millions. Nous pouvons alors nous demander ce qui fait que le crowdfunding fonctionne-t-il si bien ?

Un moyen de simplifier le financement de ses projets

Le crowdfunding permet aux entrepreneurs de se financer rapidement et sans l’intermédiaire des banques. Effectivement, ce mode de financement permet aux collecteurs de fond de financer des projets parfois très originaux qui pourraient ne pas avoir leur chance auprès des banques. 

De plus, en général, le crowdfunding sous forme de don n’exige aucune contrepartie. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’absence de contrepartie n’est pas un obstacle au financement du projet car il est bien plus simple que 10 000 personnes donnent 10€ chacunes plutôt que de donner 100 000€ seul. Ainsi, en 2018, les dons étaient de l’ordre de 91€ par donnateur. L’entrepreneur a donc le souci en moins de devoir rembourser un emprunt et préserve ainsi son pouvoir décisionnaire. Néanmoins, il peut choisir de remercier ses donateurs en leur offrant par exemple des billets de cinéma si le projet réalisé est un film. 

La création d’un lien avec le public

Le crowdfunding est bien plus qu’un simple moyen de financement, c’est un réel échange de bons procédés entre l’entrepreneur et le contributeur. En effet, durant la campagne, le collecteur de fonds doit créer de l’intérêt envers son projet pour pouvoir lui donner une chance d’être financé et ainsi attirer les contributeurs. Ces derniers, s’ils le désirent, pourront lui apporter un feedback, des commentaires précieux qui serviront à perfectionner le projet et à mieux cibler son marché. De cet oeil-ci, la plateforme collaborative pourrait donc s’apparenter à un réseau social

Pour aller encore plus loin, la communication entre entrepreneurs et contributeurs peut aussi servir à promouvoir le projet. Si les contributeurs apprécient la campagne, ils pourront la partager sur leurs différents canaux de communication, en parler autour d’eux ce qui fait d’eux de vrais ambassadeurs. Dans le cas où la viralité est élevée, cela peut impulser très rapidement la notoriété du projet.

Le crowdfunding peut devenir plus coûteux que l’emprunt bancaire

Néanmoins, le crowdfunding peut être coûteux. Du fait de la communication qui se trouve être un passage obligatoire pour donner une chance au projet d’attirer ses contributeurs, les coûts peuvent vite augmenter. En effet, les plateformes sont très rarement 100% gratuites. Par exemple, Kisskissbankbank et Ulule prennent 5% du montant de la cagnotte de votre campagne, s’y ajoutent aussi 3% pour les frais techniques et monétiques.

De plus, mise à part le crowdfunding sous forme de don, il existe d’autres types tels que le crowdfunding sous forme de prêt et le crowdfunding sous forme d’investissement en capital. Ainsi, le prêt amène à un remboursement de l’emprunt à court terme et l’investissement à un partage des dividendes; des coûts qui peuvent rapidement devenir non-négligeable quand on ajoute à ça la communication et le coût d’utilisation de la plateforme. 

Ainsi, nous avons pu observer que le crowdfunding n’est pas seulement une alternative au financement bancaire. Pour l’entrepreneur, c’est l’assurance d’un projet financé rapidement et simplement. Pour le contributeur, ce n’est pas seulement le fait de donner ou prêter de l’argent, c’est aussi la possibilité d’être acteur d’un projet et de le suivre de son ébauche à son lancement. 

Cependant, comme tout moyen de financement, le crowdfunding a ses inconvénients. En plus des frais liés à la communication, il faut aussi intégrer ceux de la plateforme et le remboursement des contributeurs (sauf dans le cas d’un crowdfunding basé sur le don). Avec l’ascension de ce nouveau mode de financement impulsé par un cadre juridique plus propice en France, nous pouvons espèrer que la France serve d’exemple en Europe.

Khloé Perrier / Responsable du Salon de la Finance