À PROPOS

Fondée en 1989, COBFI Bourse-Finance est l’association loi 1901 consacrée à la finance de Kedge BS campus Marseille. Avec notre équipe composée de 16 étudiants provenant de programmes différents, nous avons pour ambition d’accompagner autant les étudiants que les professionnels à travers nos prestations et nos événements. Nous mettons en effet en œuvre de nombreux projets pour créer un véritable lien entre le monde de la Finance et l’univers universitaire, mais également pour satisfaire les professionnels avec lesquels nous travaillons, que ce soit à travers le Salon de la Finance, l’accompagnement interne dispensé à nos clubs d’investissement, ou encore les services proposés par nos pôles MicroMed et MacroMed

equipe cobfi

COBFI finance un avenir qui change

Les pôles de l'association

Actualités Cobfi

La taxation des multinationales : Un petit pas pour les nations, un grand pas pour la soutenabilité !

« La réforme de la fiscalité internationale est actée et il n’y a plus de retour en arrière possible. Nous mettons fin à des décennies de course au moins-disant fiscal, totalement inefficace, et les géants du numérique paieront désormais leur juste part d’impôt », a expliqué le ministre des finances français, Bruno Le Maire. Une réforme « révolutionnaire » de la taxation des multinationales, approuvée par 132 pays, qui promet de modifier durablement la fiscalité internationale.                Le samedi 10 juillet 2021 sera très certainement une date qui marquera l’histoire de la fiscalité. En effet, la taxation des multinationales se voit réformée, avec comme pilier numéro 1, une répartition équitable des droits à taxer les profits des multinationales entre les pays. La réforme prévoit également d’instaurer un impôt mondial d’« au moins 15 % » sur les sociétés afin de pouvoir lutter contre les multiples paradis fiscaux dans lesquels résident les multinationales.

Voir l'article »

Combiner finance et critères ESG, c’est l’objectif des banques éthiques et responsables

               Selon Les Amis de la Terre, le soutien des établissements bancaires français aux énergies fossiles a augmenté de 218 % entre 2005 et 2013. Face à la détresse environnementale qui pèse sur notre planète, des banques alliant services financiers et respect de l’environnement se sont développées. Par exemple, la Banque Postale Asset Management est devenue le premier gérant d’actifs généraliste en France à avoir labellisé ses fonds de 100% avec le label ISR. Mais qu’est-ce qu’une banque responsable ? Apparu il y a une vingtaine d’années avec l’émergence de l’économie solidaire, le modèle de la banque responsable, aussi appelée banque éthique, repose sur le bien commun et l’intérêt général. Ainsi, les banques responsables et éthiques promeuvent l’inclusion sociale, le développement durable, l’économie sociale et l’entrepreneuriat social et excluent le financement des secteurs énergétiques ou pollueurs ainsi que les projets d’envergure controversée. Son fonctionnement repose avant tout sur la transparence et la

Voir l'article »

Passer un gestionnaire d’actifs vers un modèle d’investissement durable et responsable, comment est-ce possible ?

Alors que les investissements durables et responsables ne cessent de se multiplier ces dernières années, la réticence des gestionnaires d’actifs à transformer leur modèle tend à freiner cette nouvelle tendance pourtant en plein essor. En effet, les investissements responsables désignent la gestion d’actifs qui prennent en compte des critères extra-financiers, principalement le critère ESG, dans un investissement. Dès lors, comment mener cette transition pour les gestionnaires d’actifs ? Ont-ils différents modèles d’investissements durables et responsables ? N’existe-t-il pas encore trop de facteurs jouant le rôle d’obstacle à une telle transition ? Une maturité différente des gestionnaires d’actifs En 1920, le premier fond responsable a été créé par une église évangélique américaine qui voulait des fonds pour investir dans des entreprises qui n’étaient pas liées au tabac ou à l’alcool. Aujourd’hui, les mentalités ont suffisamment évolué pour pouvoir reconsidérer l’importance des fonds responsables. Néanmoins, il y a des maturités différentes des gestionnaires d’actifs sur

Voir l'article »

La finance comme acteur incontournable de la transition écologique et énergétique

Les effets pervers de la mondialisation sur notre planète sont aujourd’hui vecteurs de dégâts environnementaux indéniables. Dans un monde où la demande croît de manière effrénée, la finance durable se voit de plus en plus mise en exergue afin de mettre en corrélation les résultats économiques des entreprises et des investisseurs aux objectifs environnementaux fixés lors de la COP 21. En orientant les flux financiers publics et privés vers des activités plus respectueuses de nos ressources vitales, la finance durable est applicable sur tous les secteurs d’activités y compris le plus polluant : les transports. Provenance et acteurs de cette finance durable Relevant de l’investissement socialement responsable (ISR), la finance durable n’admet pas de réelle date de création. Cependant, elle évolue continuellement avec les sociétés. Actuellement, tous les agents économiques sont à même d’user de cette finance responsable afin de soutenir financièrement voire de financer personnellement des projets et/ou des entreprises.

Voir l'article »

L’influence de la durabilité dans le cours des actions

Alors que le secteur de la finance s’oriente de plus en plus vers un système soutenable, la crise sanitaire à laquelle le monde fait face est venue renforcer et souligner les avantages d’être responsable.   « Ils ont constaté que les entreprises dont les résultats ESG sont inférieurs à la médiane ont connu des révisions à la baisse plus importantes de leur bénéfice par action cette année, et vice versa » évoque à ce sujet la Bank Of America.  Dès lors, comment les investisseurs se persuadent-ils de placer dans des actions durables ? Faut-il considérer qu’un tel phénomène n’a d’ampleur que par sa tendance actuelle ou simplement pour la bonne conscience de ceux qui s’y impliquent ? Le contexte actuel comme tremplin L’économie est au ralentie, les chaines de production à l’arrêt, les salariés coincés chez eux sont démotivés, les bilans empirent, plus aucune richesse ne se crée. Ainsi comment est-il possible d’estimer la valeur d’une

Voir l'article »

Les cryptomonnaies peuvent-elles être intégrées aux placements durables ?

La récente flambée du cours du bitcoin, qui avoisine désormais les 35 000 ­€, a attiré le regard  du grand public mais aussi des spécialistes du secteur financier sur les différents types de cryptomonnaies. Néanmoins, les nouvelles préoccupations environnementales liées aux placements semblent être en défaveur des cryptos, souvent présentées comme énergivores. Leur caractère peu durable pourrait freiner l’arrivée de ce type de placement dans des portefeuilles d’épargne. Cependant, qu’en est-il réellement ? Des nuances doivent être apportées à leur impact souvent exacerbé sur l’environnement mais pourront-elles devenir un placement « vert » à l’avenir ?  Un coût énergétique certain et une absence de transparence  D’abord, une cryptomonnaie est une monnaie 100% virtuelle créée par un logiciel open source qui ne peut être utilisé seulement que par des « mineurs » détenant un code de décryptage tel qu’un mot de passe ou une empreinte digitale. Le majeur problème de la création de ce type de monnaie est l’énergie

Voir l'article »

Nous aimerions recevoir de vos nouvelles

Nous contacter

Coordonnées

Envoyer un message