À PROPOS

Fondée en 1989, COBFI Bourse-Finance est l’association loi 1901 consacrée à la finance de Kedge BS campus Marseille. Avec notre équipe composée de 16 étudiants provenant de programmes différents, nous avons pour ambition d’accompagner autant les étudiants que les professionnels à travers nos prestations et nos événements. Nous mettons en effet en œuvre de nombreux projets pour créer un véritable lien entre le monde de la Finance et l’univers universitaire, mais également pour satisfaire les professionnels avec lesquels nous travaillons, que ce soit à travers le Salon de la Finance, l’accompagnement interne dispensé à nos clubs d’investissement, ou encore les services proposés par nos pôles MicroMed et MacroMed

equipe cobfi

COBFI finance un avenir qui change

Les pôles de l'association

Actualités Cobfi

Uniforme ou inégal, qu’en est-il du développement de la finance verte au niveau mondial ?

La finance verte est une notion qui définit les actions et opérations financières en faveur du développement durable et qui se présente comme étant pertinente partout dans le monde. Cependant, le contexte et les niveaux d’avancées varient selon les régions. L’Europe et les États-Unis semblent dominer dans un secteur qui a encore des difficultés à se développer uniformément à travers le monde. Néanmoins, à l’instar de nombreuses solutions de demain, la finance verte nécessite une coopération au niveau mondial pour amorcer de vrais changements.  Une « géopolitique » de la finance verte   Depuis le Sommet de Rio en 1992 qui a mis en lumière les crises environnementales, de nouvelles stratégies financières ont été recherchées au niveau mondial pour améliorer notre empreinte énergétique. Ainsi, ce sont les obligations vertes (ou « green bonds ») émises pour financer la transition écologique qui ont véritablement initié la finance verte. Depuis, elle s’est élargie pour intégrer d’autres problématiques et

Voir l'article »

Finance verte : La chasse au greenwashing est déclarée !

À l’heure où la protection de l’environnement devient une cause mondiale et où le réchauffement climatique occupe les débats de société, la question du greenwashing se pose. Elle n’épargne personne y compris le secteur de la finance responsable. Pour rappel, le greenwashing (éco-blanchiment en français) est une méthode marketing qui consiste à donner une image éco-responsable d’une entreprise assez éloignée de la réalité. Aujourd’hui, je constate que le monde de la finance responsable est impacté par cette image de « greenwashing » souvent à tort. Pour beaucoup, la finance et l’écologie ne peuvent pas cohabiter. La finance dite « durable », appelée aussi finance responsable, serait alors une farce des instituts financiers dans le but de promouvoir leurs activités « pas forcément responsables » tout en gardant une bonne image. Ce raisonnement se base sur des stéréotypes de la finance et lorsque on y regarde de plus près, on se rend compte qu’il est éloigné de la

Voir l'article »

Le coronavirus : un frein à la transition énergétique ?

Comme nous avons pu l’observer ces derniers mois, la crise du coronavirus a mis le monde entier à genoux : les commerces ont été forcés à fermer leurs portes, notre consommation a fortement chuté, le monde entier fut contraint de se confiner. Ainsi, l’économie toute entière a fortement souffert et n’est pas prête de se relever de si tôt. Qu’en est-t-il alors pour la transition énergétique ? Le coronavirus est-il une aubaine pour la transition énergétique ou, au contraire, un frein à sa course ? Comment le secteur de l’énergie va-t-il répondre à la crise ? Une période de répit pour la pollution de l’air Des images satellites prises par la NASA ont montré une chute importante de la pollution dans les régions les plus touchées comme en Chine où les particules fines se trouvant dans l’air ont baissé de 20 à 30% par rapport aux années précédentes. En France

Voir l'article »

L’ISR, l’acteur clé du « jour d’après » COVID-19 ?

Le choc mondial engendré par la pandémie que nous traversons nous a malgré tout montré que placer les enjeux sociaux et sanitaires au centre des débats financiers et politiques était d’abord possible mais surtout nécessaire. L’inédite mise en commun des ressources privées et publiques pour lutter contre le virus nous amène à penser qu’une nouvelle ère plus sociale et durable pourrait apparaître post-coronavirus. Mais qu’en sera-t-il de l’évolution de l’ISR dans le monde de la finance post-COVID-19 ? Une prise de conscience suivie d’actes concrets Suite aux conséquences désastreuses de l’épidémie sur l’économie mondiale, les plans de relance vont donner les orientations financières et politiques pour les années à venir. La jurisprudence de la crise financière de 2008 nous interroge cependant sur la manière dont l’économie doit être redressée. C’est en prenant en compte cette problématique que Pascal CANFIN, président de la Commission de l’environnement du Parlement européen, parle de

Voir l'article »

Newsletter clubs investissement Octobre Novembre 2019

1. Actualité économique et financière La première actualité nous vient tout droit des Etats-Unis, pays qui a vu sa dette publique dépasser le volume record des 23 000 milliards de dollars fin octobre, selon le Trésor américain. Si l’on se concentre sur la seule année 2018, se sont plus de 779 milliards de dollars qui se sont ajoutés au déficit budgétaire américain. Cette accélération a été premièrement causée par la réforme fiscale du président américain qui a causé la perte de 1500 milliards de rentrés fiscales et deuxièmement par l’augmentation du budget alloué à la défense qui peut s’expliquer principalement par le regain des tensions en golfe persique et en mer de Chine. Ceci accroît par conséquent le déficit public qui s’est monté à plus de 1 200 milliards de dollars l’année dernière. In fine, comme le souligne une dépêche de Bloomberg, ceci commence à affecter à la baisse le volume d’achat

Voir l'article »

Newsletter début 2019

L’actualité économique et financière Si nous commençons par faire un rapide bilan de l’année 2018 nous pouvons déterminer quatre principaux faits responsables en partie des mauvaises performances boursières de fin d’année. Les tensions commerciales sino-américaines qui tardent à déboucher sur un consensus, le Brexit qui s’enlise et dont les prémisses laissent penser à une sortie sans accord, le bras de fer budgétaire débuté entre le gouvernement italien et la commission européenne et la remontée progressive des taux d’intérêts initiés par les banques centrales américaine et européenne. Cela a été le vecteur des inquiétudes des principales places boursières mondiales et par ailleurs même les professionnels du placement financier sont ressortis affaiblis de cette année. En effet,  la dévisse de 35% du principal gestionnaire d’actifs mondial BlackRock dont les performances se sont retrouvées négatives sur plus de 90% de ses actifs, témoignent d’un manque d’actifs refuges et de diversifications, comme l’a souligné

Voir l'article »

Nous aimerions recevoir de vos nouvelles

Nous contacter

Coordonnées

  • Domaine de Luminy,
    Rue Antoine Bourdelle,
    13009 Marseille
  • contact@lacobfi.com

Envoyer un message